LES OISEAUX et les FLEURS NOTRE FOLIE

Pour ceux dont les loisirs tournent autour de la nature
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le FAUCON

Aller en bas 
AuteurMessage
LYS-ROSE

LYS-ROSE


MessageSujet: Le FAUCON   Mer 2 Jan - 11:38






Symbole de la chasse, le faucon est présent en héraldique européenne, même si sa place est sensiblement moins importante que celle de son cousin l’aigle. Quand il est sans ornements ou accessoires, le faucon est dit « au naturel ». Il est « perché » quand il est posé sur une branche ou sur son bloc, et est représenté parfois empiétant ou essorant. Le faucon est « chaperonné » quand il est aveuglé par un capuchon sur la tête, « longé » quand il porte aux pattes ses vervelles (ou liens), « grilleté » quand il porte ses sonnettes aux pattes ou au cou. L'héraldique fait surtout référence au faucon apprivoisé pour la fauconnerie, ce qui confirme la popularité de celle-ci au sein de la noblesse européenne.




falconry by Charles Rochussen (1814-1894)



Citation :

La fauconnerie est l'art très ancien  de capturer un gibier dans son milieu naturel à l'aide d'un oiseau de proie affaité (dressé).



Les rois de France ont toujours eu des équipages de vol et la plupart d'entre eux ont effectivement pratiqué sur le terrain. Les renseignements les plus précis ne remontent qu'au XIIIe siècle. À cette époque, et jusqu'au début du XVe siècle, le responsable des équipages royaux portait le titre de fauconnier maître; sous Charles VI, on sépara les services de la vénerie et de la fauconnerie en créant, en 1406, la charge de grand fauconnier de France qui subsista jusqu'à la Révolution.
Sous Louis XIII, fauconnier dans l'âme, cet art connaît son apogée et son second âge d'or ; la fauconnerie française est la première d'Europe tant par l'éclat de ses équipages que par sa technique. En 1616, la fauconnerie du roi comporte 300 oiseaux subdivisés en six équipages spécialisés : vol pour le héron, vol pour milan et corneille, vol pour perdrix, etc. Raffinements et subtilités permettent des prouesses. Les oiseaux volent de compagnie (en équipe), chacun tenant un rôle distinct. Mais dès 1617, Louis XIII a des oiseaux en propre au Louvre (cabinet d'Apollon) qui va composer, indépendamment de la Grande fauconnerie, les "Oiseaux du Cabinet du Roi et qu'il emportait continuellement avec lui dans ses déplacements de résidences en résidences ou à la Guerre. La Fauconnerie du Cabinet du Roi persistera jusqu'à la Révolution. Sous son règne, la chasse au vol connut son apogée, non seulement en France, mais dans la plupart des cours européennes (Allemagne, Grande-Bretagne, Hollande, etc.).
Peu à peu, à la fin du XVIIe, la fauconnerie va passer de mode avec le développement des armes à feu. Louis XIV installe à partir de 1670 la Fauconnerie du Cabinet du Roi à Montainville, village non loin de Versailles. Les Maitres fauconniers du Cabinet du Roi étaient souvent originaires de la région d'Anvers en Flandres. Louis XIV, Louis XV et Louis XVI sont plus veneurs que fauconniers mais les services de la Fauconnerie royale subsistent. La fauconnerie du Cabinet du Roi sera aux mains de la famille Forget durant le XVIIe et XVIIIe siècle. Cette Fauconnerie restera avec tout son personnel dans ce village jusqu'à la Révolution durant laquelle deux décrets de la Convention vont supprimer tant les charges royales de la fauconnerie que toute pratique de cet art trop évocateur du passé.
Napoléon, qui ne fut pas un grand chasseur, créa les services impériaux de vénerie et de fauconnerie surtout dans un souci de prestige. En fait, la chasse au vol sera officiellement inexistante au XIXe siècle puisque ne figurant pas parmi les modes de chasse autorisés. La loi de police de 1844 continua de l'ignorer.
Le flambeau sera néanmoins repris par quelques originaux et amateurs éclairés, dont certains aristocrates, anciens émigrés qui avaient rapporté de l'étranger l'amour de la chasse au vol et surent le transmettre. Cette pratique ignorée des règlements ne fut guère contestée, d'autant que les rapaces, depuis la Révolution, figuraient au bestiaire des nuisibles. En 1865, Napoléon III donne même au « Club de Champagne » une autorisation officielle de voler au champ à Châlons, mais l'essai se termina en 1870 avec la chute de l'empire.
.
Revenir en haut Aller en bas
http://volier.forumactif.org
LYS-ROSE

LYS-ROSE


MessageSujet: Re: Le FAUCON   Mer 2 Jan - 11:44

Mythologie et religion


Une représentation du dieu Horus.
Le faucon a une place en mythologie et en religion. Chez les anciens Égyptiens, c’est le dieu Horus, un des dieux les plus puissants et les plus souvent représentés du panthéon égyptien. Son archétype est sans doute un faucon lanier (Falco biarmicus) ou un faucon pèlerin. Les deux espèces ont d’ailleurs pu jouer un rôle équivalent dans la naissance du mythe. En rapport avec le statut de prédateur du faucon, le dieu Horus est aussi un dieu de pouvoir, puisque la couronne d’Égypte lui est attribuée par les dieux. À ce titre, les anciens Égyptiens ont momifié nombre de faucons.
Dans la mythologie grecque, furieux contre lui, Poséidon change Hiérax en faucon, lui qui bienveillant auprès des hommes à leur éviter la famine, devient l'enfer des oiseaux.
Dans la mythologie scandinave, plusieurs dieux prennent des formes de faucon, comme Freyja. À l’occasion, Loki emprunte cet aspect à Freya pour se déguiser en faucon. Yggdrasil est également associé à cet oiseau.
Dans la mythologie celtique, le druide Fintan se transforme en faucon.
Dans la mythologie slave, Svarog, dieu du Soleil, du ciel, du feu et de la métallurgie a pour animaux sacrés le bœuf à cornes dorées, le cheval, le sanglier et le faucon appelé Varagna. Selon Jakobson, Svarog est l'un des noms tabous du faucon sacré.
Pour beaucoup de Fidjiens, le Ganivatu (la sous-espèce F. p. nesiotes) a une aura mystique puissante et arrogante. Cette aura lui vient peut-être d'une légende, aujourd’hui en grande partie oubliée, d’un Ganivatu fabuleux des îles Yasawa. Dans la religion de l'Égypte antique, plusieurs dieux étaient hiéracocéphales (à tête de faucon).
Le nom de la ville de Capoue (en Italie) viendrait, selon Servius, commentateur de Virgile, du nom étrusque du faucon, oiseau augural observé à la fondation de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
http://volier.forumactif.org
G PHOEBUS

G PHOEBUS


MessageSujet: Re: Le FAUCON   Mer 2 Jan - 12:13

Revenir en haut Aller en bas
G PHOEBUS

G PHOEBUS


MessageSujet: Re: Le FAUCON   Mer 2 Jan - 12:18

Liste des oiseaux nommés « Faucons »

Note: Plusieurs noms vernaculaires peuvent correspondre à une même espèce.

Faucon aldrovandin - Falco severus Horsfield, 1821
Faucon de l'Amour - Falco amurensis Radde, 1863
Faucon aplomado - Falco femoralis Temminck, 1822
Faucon ardoisé - Falco ardosiaceus Vieillot, 1823
Faucon bérigora - Falco berigora Vigors & Horsfield, 1827
Faucon des chauves-souris - Falco rufigularis Daudin, 1800
Faucon chicquera - Falco chicquera Daudin, 1800
Faucon concolore - Falco concolor Temminck, 1825
Faucon crécerelle - Falco tinnunculus Linnaeus, 1758
Faucon crécerellette - Falco naumanni Fleischer, 1818
Faucon de Cuvier - Falco cuvierii A. Smith, 1830
Faucon de Dickinson - Falco dickinsoni P.L. Sclater, 1864
Faucon d'Éléonore - Falco eleonorae Gene, 1839
Faucon émerillon - Falco columbarius Linnaeus, 1758
Faucon gerfaut - Falco rusticolus Linnaeus, 1758
Faucon gris - Falco hypoleucos Gould, 1841
Faucon hobereau - Falco subbuteo Linnaeus, 1758
Faucon kobez - Falco vespertinus Linnaeus, 1766
Faucon laggar - Falco jugger J.E. Gray, 1834
Faucon lanier - Falco biarmicus Temminck, 1825
Faucon noir - Falco subniger G.R. Gray, 1843
Faucon de Nouvelle-Zélande - Falco novaeseelandiae Gmelin, 1788
Faucon orangé - Falco deiroleucus Temminck, 1825
Faucon pèlerin - Falco peregrinus Tunstall, 1771
Faucon des prairies - Falco mexicanus Schlegel, 1850
Faucon sacre - Falco cherrug J.E. Gray, 1834
Faucon taita - Falco fasciinucha Reichenow & Neumann, 1895
Faucon à ventre rayé - Falco zoniventris W. Peters, 1854
Petit Faucon - Falco longipennis Swainson, 1838.
Revenir en haut Aller en bas
G PHOEBUS

G PHOEBUS


MessageSujet: Re: Le FAUCON   Mer 2 Jan - 12:29

Faucon sacre

Le Faucon sacre (Falco cherrug) est une grande espèce de rapaces dont l'aire de répartition s'étend de l'Asie centrale au nord de l'Inde, à l'Europe orientale et à l'Italie, à la Tunisie, à l'Arabie et jusqu'à l'Éthiopie.
C'est une des espèces traditionnellement les plus utilisées en fauconnerie en Europe de l'Est, en Asie centrale et dans les pays arabes.


Étymologie

Son nom est sacre, et non sacré. Il vient de l'arabe « çaqr » (صقر) qui signifie « faucon », terme passé au français, dès le XIIIe siècle pour désigner les oiseaux de proie. Le nom scientifique de l'espèce, « cherrug » a été créé par John Edward Gray (1800-1875) à partir du mot hindi désignant la femelle du faucon sacre



Sous-espèces

D'après la classification de référence  du Congrès ornithologique international (ordre phylogénique), cet oiseau est représenté par quatre sous-espèces :

  • Falco cherrug cherrug J.E. Gray, 1834 ;
  • Falco cherrug coatsi Dementiev, 1945 ;
  • Falco cherrug hendersoni Hume, 1871 ;
  • Falco cherrug milvipes Jerdon, 1871.

Revenir en haut Aller en bas
G PHOEBUS

G PHOEBUS


MessageSujet: Re: Le FAUCON   Mer 2 Jan - 12:43

Faucon crécerelle


Le faucon crécerelle (Falco tinnunculus) est une petite espèce d'oiseaux de proie agile de la famille des falconidés. C'est l'un des rapaces les plus communs de France avec la buse variable et le milan noir. Son petit est le fauconneau. C'est un oiseau diurne.

Morphologie

Sa taille est de 31 à 38 cm de longueur pour une envergure de 69 à 82 cm et une masse de 136 à 300 grammes pour le mâle et de 170 à 320 grammes pour la femelle qui est plus grande que le mâle. Ses yeux sont noirs. La femelle a la tête et le corps moucheté et une queue rousse avec raies noires. Le mâle a la tête et la queue gris ardoise avec un trait de moustache noire sous les yeux. Chez les deux sexes, la partie terminale de la queue est noire.

Locomotion

Le Faucon crécerelle pratique le « vol battu », le « vol plané », il peut faire un vol sur place comme suspendu a un fil, et, en action de chasse, un vol stationnaire caractéristique à battements d'ailes rapides : le « vol du Saint-Esprit ». Une technique de vol énergivore, spécifique de certains rapaces lors de la chasse. Ce mode de chasse, que certains pratiquent, mais moins volontiers, le distingue de la plupart des autres oiseaux prédateurs. Cela lui permet de repérer aisément ses proies, comme depuis un poste d'observation en hauteur. L'espèce peut ainsi chasser à l'affût même en l'absence d'arbre ou de point élevé.

Alimentation


Pour rechercher ses proies, le Faucon crécerelle possède deux méthodes :

  • Il arrive en vol sur un lieu choisi et après une brève montée en altitude, pratique un vol stationnaire dit « Saint-Esprit » face au vent en battant des ailes à grande vitesse et en baissant la tête pour observer le sol pendant quelques secondes, puis repart vers un autre lieu pour renouveler son vol stationnaire. Il peut effectuer cela pendant plus de deux heures. Cette parade est souvent observée depuis une voiture circulant sur des routes de campagne.
  • Il peut aussi être perché à l'affût sur un arbre, en haut d'un poteau électrique ou même près du sol sur un poteau de clôture au bord d'une route.

La proie localisée, il termine son vol stationnaire et fond sur elle en piqué dans un vol silencieux pour la surprendre et l'attraper avec ses serres

Liste des sous-espèces

Sous-espèces selon ITIS et la classification de référence du Congrès ornithologique international 

  • Falco tinnunculus tinnunculus Linnaeus, 1758
  • Falco tinnunculus perpallidus (A. H. Clark, 1907)
  • Falco tinnunculus interstinctus McClelland, 1840
  • Falco tinnunculus objurgatus (E. C. S. Baker, 1927)
  • Falco tinnunculus canariensis (Koenig, 1890)
  • Falco tinnunculus dacotiae Hartert, 1913
  • Falco tinnunculus neglectus Schlegel, 1873
  • Falco tinnunculus alexandri Bourne, 1955
  • Falco tinnunculus rupicolaeformis (C. L. Brehm, 1855)
  • Falco tinnunculus archeri Hartert & Neumann, 1932
  • Falco tinnunculus rufescens Swainson, 1837

Revenir en haut Aller en bas
G PHOEBUS

G PHOEBUS


MessageSujet: Re: Le FAUCON   Mer 2 Jan - 13:03

Le faucon pélerin


Revenir en haut Aller en bas
LYS-ROSE

LYS-ROSE


MessageSujet: Re: Le FAUCON   Mar 8 Jan - 13:00

Revenir en haut Aller en bas
http://volier.forumactif.org
LYS-ROSE

LYS-ROSE


MessageSujet: Re: Le FAUCON   Mer 23 Jan - 10:27

mm
Revenir en haut Aller en bas
http://volier.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le FAUCON   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le FAUCON
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» voulez-vous voir une couvaison de faucon pèlerin en DIRECT..
» faucon crécerelle
» Faucon
» Clematis integrifolia Petit Faucon
» Un faucon dans mon poulailler :(

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES OISEAUX et les FLEURS NOTRE FOLIE :: Les OISEAUX :: Les oiseaux :: oiseaux sauvages-
Sauter vers: