MALADIES: BFD ou encore MUE FRANCAISE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MALADIES: BFD ou encore MUE FRANCAISE

Message par roland le Dim 29 Jan - 18:06

BFD ou encore MUE FRANCAISE


Cacatoés atteint de la PBFD

Budgerigar Fledgling Disease (BFD)

La BFD (maladie de l’oisillon de perruche) est due à un polyomavirus (ou APV :Avian Polyomavirus).
Cette maladie affecte avant tout les jeunes perruches ondulées (Melopsittacus undulatus), mais également les grandes perruches et les perroquets : ara (Ara esp.), éclectus (Eclectus esp.), conures (Aratinga esp.), perruche à collier (Psittacula
krameri).
Cette maladie est rare chez les gabonais (Psittacus erithacus), les cacatoès (Cacatua esp.) et les amazones (Amazona esp.)

Dans le cas des oisillons de perruche, on observe  Arrow un retard de croissance, un abdomen distendu décoloré, des pétéchies sous-cutanées, une ataxie et des tremblements.
L’issue est souvent fatale sur des perruches âgées de 10 à 20 jours.
Les perruches survivant à cette infection, montrent  Arrow  
une alopécie symétrique du plumage caractérisée par une dystrophie des
rémiges et des rectrices, l’absence de duvet en région dorsale et abdominale et l’absence de
filoplumes sur la tête et le cou. Les rémiges sont de taille réduite ou se cassent, les oiseaux
deviennent coureurs, incapables de voler.

Quand la perruche atteint ce stade, la maladie est désignée sous le nom de mue française (French moult).
Les troubles du plumage ressemblent à ceux causés par le PBFDV.
La différence repose sur le fait que  Arrow les plumes repoussent lors de la mue suivante avec le polyomavirus, tandis que la PBFD induit une alopécie qui progresse à chaque mue .

Chez les autres psittacidés, la polyomavirose affecte typiquement les oisillons de 2 à14 semaines d’âge.
Elle provoque  Arrow  des morts subites 24 à 48 heures après l’apparition de troubles digestifs et d’un abattement. Les manifestations cutanées sont rares.

L’autopsie révèle des hémorragies étendues avec ou non hépatomégalie et splénomégalie .

La plupart des infections par l’APV chez les adultes sont asymptomatiques.
Pour déclarer cliniquement la BFD, l’animal doit avoir un état d’immunodépression, comme lors de PBFD.
DAHLHAUSEN et RADABAUGH diagnostiquèrent la BFD chez 5 perroquets, qui succombèrent ensuite.
Tous ces oiseaux se sont aussi révélés positifs à l’infection par le PBFDV .

Une biopsie de peau et de plume montre  Arrow une légère inflammation de la pulpe et du derme périfolliculaire, un accroissement de taille des cellules épithéliales avec caryomégalie et présence d’inclusions virales intranucléaires basophiles. On observe aussi une nécrose hépatique, moins souvent une nécrose de la rate et la présence d’inclusions dans les splénocytes, les cellules mésangiales du rein et les cellules de Küpfer du foie.

Les corps d’inclusion viraux peuvent présenter le même aspect que ceux rencontrés lors de la PBFD.
La seule utilisation de l’histologie en l’absence de signes cliniques caractéristiques ne permet de
différencier la BFD de la PBFD, d’autant plus que ces deux maladies peuvent coexister
simultanément sur le même animal.
Le seul diagnostic fiable de la BFD repose sur l’emploi de la PCR utilisant des amorces spécifiques .
PHALEN décrit la mort soudaine d’un oisillon cacatoès des Moluques (Cacatua moluccensis)
. L’animal présentait  Arrow   des hémorragies dans la hampe des plumes en croissance, une nécrose hépatique et splénique. Des inclusions virales sont décelées dans la rate et les follicules plumeux.

L’oisillon était testé positif pour la BFD et la PBFD d’après les analyses PCR effectuées .

extrait d'une theses des .vet-alfort.fr soutenue par Denis, André, Jean MARCHON
avatar
roland
administrateur
administrateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum